Serge & Marianne – Saving Energy

Want to study this episode as a lesson on LingQ? Give it a try!

Serge and Marianne talk about saving energy. (Serge et Marianne parlent de l’économie d’énergie)

Serge: Bonjour Marianne

Marianne: Bonjour Serge

Serge: Comment vas-tu depuis au moins un mois qu’on ne s’est parlé, je crois?

Marianne: Au moins, oui, un bon mois, un mois et demi.

Oui, ça va.

Serge: Ca va?

Marianne: Oui, oui.

Et toi?

Serge: Tu as été… oui, oui, ça va.

Tu as été très occupée, non?

Marianne: Très occupée, oui, c’est…

Serge: Oui, ça arrive, et oui.

Alors, quoi de neuf sinon?

Tu as…est-ce que tu as des choses qui t’ont interpellés ces temps-ci au niveau de l’actualité, je ne sais pas, des nouveautés, des…non?

Il y a des choses qui t’ont…

Marianne: Ce qui…Oui, ce qui m’a interpellé…

Serge: Oui?

Marianne: C’est un sujet concernant l’écologie, l’économie d’énergie qui est…je trouve que ça énerve assez quand même parce que les écologistes poussent un peu trop.

Et là c’est une loi, apparemment, que l’Europe veut faire à partir du 1er janvier 2009, ça va être étendu sur une période de 3 ou 4 ans, je crois.

Ils veulent interdire les ampoules à incandescence.

Serge: Tiens donc?

Les ampoules à incandescence.

Oui, je crois bien que j’ai entendu ça ou vu dans la presse, oui.

Marianne: Pour remplacer avec des ampoules écologiques…économiques, pardon.

Serge: Oui, bien oui mais c’est un petit peu synonyme puisque…

Marianne: Oui

Serge: Quand c’est économique, ça devient écologique plus ou moins, oui.

Marianne: Et puis c’est les écologistes qui poussent donc…

Serge: Mais c’est l’Europe ou c’est la France qui…

Marianne: Non, c’est européen.

Serge: C’est vraiment européen?

Marianne: Oh, donneur d’ordre, je ne sais pas mais enfin c’est l’ensemble, c’est en Europe.

Serge: Oui et ça…pardon, et ça va avoir un certain coût cette affaire là?

Pourquoi pas, à première vue, moi je dis pourquoi pas?

Marianne: Bien, il y a beaucoup quand même d’inconvénients.

Ils disent concernant l’économie d’énergie, ça va diminuer à peu près de 80%.

Serge: Bon, ça c’est un bon point.

Marianne: C’est quand même assez conséquent, c’est pas mal.

Mais ces ampoules économiques sont bien plus chères que les ampoules à incandescence.

Et les mauvais points que ça a, c’est que ce sont des ampoules qui contiennent du mercure.

Serge: Ah, oui, bien le mercure oui, oui, c’est un métal, c’est vachement nocif, ça.

Marianne: Voilà,

Serge: il y a eu assez de problèmes avec les…

Marianne: donc ils veulent faire des économies d’énergie en mettant des ampoules qui vont être dangereuses pour la Terre.

Serge: Ah, oui parce que le jour où il faudra, le jour où elle… l’ampoule est morte, ne marche plus, il faudra bien la recycler et là on va avoir le problème du mercure, quoi.

Marianne: Voilà.

Alors, en plus, ils préviennent les gens, quand ça casse, bon c’est quand même plus solide mais il peut arriver que ces ampoules cassent, il ne faut pas les ramasser avec les mains.

Serge: Ah, oui

Marianne: Parce qu’avec le mercure…

Serge: Ah, bien oui, bien sûr.

Marianne: A peu près à…j’ai entendu, c’est qu’à peu près à une distance de 20 centimètres…

Serge: Ah oui, oui c’est vrai

Marianne: Ca peut être dangereux pour la santé des gens.

Serge: Exact, c’est ça qui m’avait…oui, voilà, dans le reportage…

Marianne: Donc il faut les suspendre,

Serge: C’est ce qui m’avait frappé.

Marianne: tu sais, dans les lustres mais pas…

Serge: Assez haut, oui.

Marianne: Voilà.

Serge: Ah, pas en lampe de chevet, voilà.

Marianne: pas en lampe de chevet

Serge: Ou en lampe de bureau.

Marianne: Ou alors, voilà, dans le bureau ou dans une salle à manger.

Serge: Ca limite alors l’utilisation si on ne peut les utiliser qu’au plafond

Marianne: oui, parce que 20 centimètres…Donc, ça c’est le deuxième inconvénient et le troisième c’est que ça éclaire moins.

C’est assez long à s’allumer, à atteindre son point fort dans la luminosité.

Donc, ils disent que…il est dit qu’il ne faut pas allumer et éteindre cette ampoule plus de trois fois, donc il faut mettre cette ampoule dans une pièce où on vit principalement.

Serge: C’est à dire…

Marianne: Comme une salle à manger.

Par exemple, si tu vas… tu mets une ampoule comme çà dans une cuisine.

Serge: Oui.

Marianne: Bien ça arrive souvent, on va à la cuisine chercher quelque chose, bon tu allumes, tu prends quelque chose, tu t’en vas, tu éteins.

Oh, tu as oublié, hop tu repars, tu rallumes, etc.

Ca c’est… plus de trois fois, avec un écart assez réduit dans le temps, çà c’est…

Serge: Ah, oui. D’accord.

Marianne: l’ampoule après, elle est…c’est fichu.

Et puis vu qu’elle est très longue à s’allumer, et bien quand tu arrives dans la pièce, tu allumes, tu as le temps de prendre quelque chose, de repartir et la lumière ne sera pas encore complètement en plein éclat, quoi.

Et, c’est comme si tu t’éclairais avec une bougie.

Serge: Dis donc, il y a quand même beaucoup d’inconvénients pour…

Marianne: Il y a énormément d’inconvénients.

Serge: et je ne sais pas si l’avantage vaut la peine.

Marianne: Voilà, donc comme au départ comme ils disaient qu’il y a 80% d’économies d’énergie, oh oui, c’est très bien mais je crois que c’est la semaine dernière, quand j’ai entendu ce reportage un peu plus poussé sur les avantages et les inconvénients de ces ampoules.

Bien, je trouve qu’il y a beaucoup plus d’inconvénients.

Serge: Oui.

Marianne: Et en plus, les écologistes qu’on entend sans arrêt rabâcher les problèmes avec la Terre.

Enfin, à les entendre, la Terre est foutue, hein, nous même on est foutu.

Là, on ne les entend pas parler du danger du mercure.

Rien que çà, on n’entend pas des tôlés, on n’entend rien là dessus.

Donc, je ne sais pas comment ça va se passer mais vu qu’à partir du 1er janvier 2009 là, ils veulent les retirer de la vente.

Serge: c’est-à-dire…Ah, oui!

Ils vont carrément les retirer de la vente?

Marianne: petit à petit.

Ca ne va pas se faire d’un seul coup.

Ca va être sur une période de 3-4 ans, je ne sais pas.

Serge: donc, en fait, au niveau du consommateur ce qu’il se passe c’est qu’on va devoir investir alors bon bien, dans l’affaire je veux dire c’est quand même toujours l’Etat qui est le plus…le gagnant, le plus gros gagnant parce que sous prétexte d’économie d’énergie, je veux dire, ils font passer un peu beaucoup de choses là-dessus.

Surtout qu’il y a un problème qu’ils n’ont… je ne sais pas s’ils l’ont pris en compte mais en fait, l’énergie…le problème de l’énergie…que ce soit de l’énergie qu’on a à partir des centrales nucléaires ou des…quelque soit la source d’énergie, le gros problème de l’énergie c’est de pouvoir la stocker.

On a de très grosses difficultés à la stocker, c’est à dire en gros l’énergie, il faut la consommer dès qu’on l’a.

Alors, si on se retrouve dans une situation où il faut arrêter une centrale pour pouvoir… parce qu’il n’y a pas assez de consommation dans…çà, c’est vraiment un problème qui existe.

Je sais que par moment, EDF est…vend, donc, EDF de toute façon vend de l’énergie aux pays limitrophes parce que c’est vrai qu’en France, avec l’énergie nucléaire, on est…EDF c’est le plus gros au monde, je crois, fournisseur, hein et d’ailleurs il a racheté, j’ai lu ça dans le journal, aujourd’hui, il a racheté un américain.

Il va, EDF va gérer les centrales nucléaires aux Etats-Unis, donc c’est vraiment un truc de poids.

Mais donc cette énergie ça ne sert à rien de trop économi… économiser l’énergie.

Parce que de toute façon si elle n’est pas l’utiliser, on en peut pas la stocker alors elle sera perdue donc…Moi, franchement, bon 80%…surtout sur…au niveau de l’éclairage des maisons, je ne sais pas si c’est ce qui consomme le plus, hein.

Si tu regardes la part de consommation d’énergie dans une maison, pour moi, c’est le chauffage la plus grosse part, c’est pas… et puis c’est les appareils électroménagers.

Marianne: Oui

Serge: quand tu fais une machine à laver… un sèche-linge, un lave-vaisselle.

C’est très gourmand en énergie.

Une ampoule?

Je suis désolé, ce n’est pas…

Marianne: oui

Serge: et surtout comme tu dis, enfin moi, c’est ce que je fais chez moi, je sors d’une pièce je ne laisse pas la lumière allumée si je ne suis pas non plus dans la pièce.

Donc en fait, j’utilise la lumière quand vraiment j’en ai besoin.

Donc, comme tu dis, cette histoire de 80% ça fait, c’est sûr, ça fait rêver ça 80% d’économie, on se dit c’est impressionnant mais bon.

Marianne: mais il doit y avoir…

Serge:…..oui, oui, il y a…

Marianne: …une autre raison

Serge: Ca me laisse perplexe, cette affaire là.

Marianne: il doit y avoir une autre raison, et puis c’est… il y a trop d’inconvénients avec les autres ampoules.

Serge: oui, oui, et puis attend c’est vrai les écologistes, comme tu dis, ils ont assez remué ciel et terre quand…avec les, comment, les insecticides enfin tous les produits chimiques et là…le mercure, tiens, ils ne disent plus rien.

Pourtant le mercure…

Marianne: oui, là on ne les entend pas

Serge: oui, c’est très dangereux comme…oui, oui, c’est étonnant ça.

Marianne: Et je ne sais pas, bon je change mais en restant sur le même sujet, dans…à Bordeaux je ne sais pas si c’est comme ça mais alors, cette année, donc à Melun, vu que c’est la période de Noël il y a les décorations

Serge: Bien sûr, oui

Marianne: avec toutes ces guirlandes lumineuses…Cette année, à Melun, je trouve que c’est minable parce que les décorations il y en a presque pas ou c’est…ça, enfin ça vaut rien je trouve.

Et on reçoit un petit magazine de la ville, et là qu’est ce que j’ai lu?

Ah, bien, il y a moins de décorations parce qu’il faut faire des économies d’énergie!

Vraiment!

Serge: Enfin, je veux dire sur une petite période comme noël, bon enfin je ne sais pas, les rues sont décorées peut-être pendant un mois, un mois et demi ou allez, même deux mois.

Marianne: oui, et puis…

Serge: À la période de Noël, ce n’est quand même pas…surtout que là aussi je crois que maintenant ils utilisent de plus en plus de LED, les LED comment on appelle ça?

Électro luminescentes, là c’est à dire ça consomme très très peu d’énergie.

C’est beaucoup plus simple que les grosses ampoules, parce que moi je sais que dans ma ville…bon Bordeaux, j’y suis allé récemment mais je n’ai pas fait très attention comme c’était de jour, donc je n’ai pas vraiment vu s’ils avaient décorés comme ils le font chaque année.

D’ailleurs, c’est toujours très très bien décoré.

Mais, la petite ville où je suis moi, Andernos, ils ont décoré comme chaque année, mais en fait c’est énormément de système avec des petites ampoules électro…des petites LED.

Ce qui fait que c’est beaucoup moins gourmand certainement en énergie déjà, et puis donc nous c’est resté encore très joli.

Bon, ils n’ont pas parlé spécialement d’économie d’énergie, là ça fait un peu pingre là, je trouve, Melun?

Franchement, bon.

Il y a tellement de gaspillages à côté.

Franchement, ils peuvent laisser les décorations quand même noël, c’est quand même la plus belle fête de l’année, moi je dirais, pour les enfants et tout.

Marianne: Oui, et puis même pour les…bon, c’est mieux pour les enfants mais même pour les adultes cette ambiance…

Serge: Oui, oui.

C’est bien plus joli et puis pour les…

Marianne: Oui.

Plus les années passent et bon, déjà ça fait bien 5-6 ans mais…que cette ambiance diminue mais alors, cette année…

Serge: C’est dommage, oui parce que c’est vrai que…moi, j’aime bien et je sais qu’à Bordeaux enfin, l’année dernière je m’en souviens puisque j’y étais allé plusieurs fois, c’est magnifique les décorations qu’ils font.

Là, j’y suis allé que de jours récemment donc je n’ai pas fait attention mais je pense qu’ils ont décoré de la même façon.

Moi je… bon, ils mettront peut-être à l’avenir ces fameuses ampoules qui économisent 80% mais alors vu que c’est des milliers d’ampoules qu’il y a pour les décorations…l’histoire du mercure bon, ça me laisse un peu…enfin l’écologie, l’écologie…justement en parlant bon, on dérive un petit peu mais l’autre jour je suis allé chez mon dentiste, je n’aime pas çà mais ma foi des fois on est obligé.

Marianne: Il faut y aller de temps en temps

Serge: Oui.

Il est très…il est très très bavard.

Il aime bien discuter et bon, on prenait de nos nouvelles respectivement et puis on disait « ah, oui, bien ça va bien.

Oui bon, il commence à faire un petit peu froid.

» C’est vrai qu’on a eu…les derniers jours là, il a fait quand même nettement plus froid.

Marianne: Oui

Serge: Et puis, je lui dis « oui, j’ai fait du vélo l’autre fois avec un ami qui est déjà, bon, assez âgé et puis il disait ‘oui, on parle toujours du réchauffement de la Terre.

Moi, j’ai comparé les températures… » puisque sur mon journal, ils mettent les températures du même jour mais 20 ans avant, 30 ans avant, 50 ans avant et il a dit « …plus ça va et plus il fait froid, alors avec leur réchauffement, ils me font bien rigoler.

» et à ce moment-là, il me dit “mais c’est vrai que moi, j’ai un ami qui m’a parlé de ça et il parait que c’est une grosse fumisterie cette histoire de réchauffement.

Parce qu’en fait ça, comment dire, ça intéresse en fait tous ces mouvements écologiques, Greenpeace etc.

Ca leur apporte énormément de subvention, ça les fait vivre de développer cette image de… catastrophique là, de réchauffement de la Terre, ce qu’on peut voir, ce que ça peut provoquer.

Parce qu’en fait, il expliquait que 95% des raisons du réchauffement de la Terre, c’était des raisons naturelles et que c’était des cycles et bon, c’est sur des milliers d’années, hein.

C’est des cycles de 10 000 ans, je crois, où la Terre régulièrement se réchauffe, se refroidit.

Et, en fait, c’est vrai que l’homme avait eu plus ou moins une influence mais qui a été limité à 5% donc je suis d’accord, si on peut limiter la pollution oui, mais il ne faut pas non plus s’empêcher de vivre…

Marianne: Il faut être réaliste.

Il faut faire attention mais il faut être réaliste et pas faire peur aux gens en disant que ça y est la Terre, elle est fichue.

La Terre, ça…elle a des cycles.

Serge: Voilà, oui oui.

Marianne: 1000 ans en arrière, il a fait chaud en plein mois de décembre

Serge: Voilà, donc…

Marianne: Je suis contente de t’entendre parler comme ça et que d’autres personnes pensent comme ça parce que…

Serge: Oui, bon il y a…c’est vrai qu’il y a certain pays qui se développent sur le plan industriel énormément, bon on ne va pas les citer, la Chine, le Brésil, l’Inde tout ça.

Eux… oui, il faut quand même surveiller un petit peu parce que je pense qu’ils se développent comme nous on s’est développé il y a 20-30-40-50 ans bon, on s’est mis à consommer énormément d’énergie bon, bien maintenant ils le font, eux, et bon, qui dit consommation d’énergie dit pollution et donc faut…

Marianne: Oui, mais il y a une chose…

Serge: Oui, qu’ils fassent attention mais de là à, c’est vrai, systématiquement voir le mal tout le temps bon, je ne sais pas.

Marianne: Oui, mais c’est un peu contradictoire parce qu’ils disent aux pays européens ou en Amérique de faire attention, les économies, etc.

Mais dans les pays qui se développent, là on les laisse parce que justement ils sont en train de se développer.

Serge: Oui

Marianne: Bon, alors c’est…enfin, on peut débattre encore longtemps comme ça.

Serge: Oh, oui.

Là-dessus, on pourrait…

Marianne: En tout cas, je suis ravie que enfin, il y a quelqu’un qui a la même opinion.

Serge: Ecoute…

Marianne: Parce que c’est vrai que c’est énervant d’entendre tous ces écologistes, toutes ces associations.

Serge: Disons qu’au début, j’étais quand même un petit peu plutôt, oui de leur côté mais je trouve franchement que ça va, c’est vrai que ça va trop loin et puis il faut quand même…bon il faut être…

Marianne: Il faut être réaliste.

Serge: C’est un petit peu l’inconvénient du progrès mais bon on l’accepte le progrès.

A ce moment là, bon il faut se passer de son écran d’ordinateur, de télévision parce que ça c’est…quand il faut que ce soit recycler c’est très très polluant; il faut arrêter de prendre sa voiture…il faut, à ce moment-là, il faut…on peut aller très loin, quoi je veux dire…donc, il faut quand même… il y a des limites, je veux dire, qu’on fasse attention oui, qu’on ne pollue pas bêtement et puis il y a des gestes simples à faire pour limiter, mais voilà je veux dire après il faut, c’est comme çà, je veux dire le confort, le confort il a ces inconvénients.

Le confort, il implique de la pollution et puis, voilà, on ne va pas retourner à l’âge des cavernes, hein, c’est sûr que là, l’air était pur, l’eau était pure mais…

Marianne: A les entendre…

Serge: La vie était bien plus dure, je pense.

Marianne: Bien, à les entendre, c’est ce qu’il faudrait.

Serge: Oui, c’est ce qu’il faudrait.

Bien, je voudrais bien qu’ils montrent l’exemple moi parce que…je suis curieux, tiens, de voir si les purs et durs, tu sais, les farouches comme ça, chez les écolos.

Je voudrais voir leur façon de vivre.

Je pense qu’on serait surpris.

Marianne: Oui. Très bien, on va…

Serge: Oui, parce que sinon on va y passer la nuit, je pense, sur ce genre de sujets, des sujets brûlants.

Marianne: oui, aujourd’hui ou demain, on peut continuer comme ça encore longtemps mais donc…merci de cette discussion, hein, c’était très intéressant.

Serge: Très intéressant

Marianne: Oui.

Serge: Ok, mais j’espère qu’on n’utilisera jamais ces ampoules mais bon, apparemment si tu dis que c’est parti.

Marianne: J’espère que…je ne sais pas.

Peut-être, ils vont peut-être revenir sur leur décision, j’en sais rien mais c’est pas quelque chose qui m’emballe vraiment.

Serge: Non, ben moi non plus.

Marianne: Mais bon, il y a beaucoup de gens comme ça, hein.

Serge: Une chose, c’est que si je dois changer toutes les ampoules de la maison…

Marianne: Ca va revenir cher.

Serge: Ca va faire cher, oui

Marianne: Il y a peut-être aussi beaucoup qui vont faire des réserves d’ampoules à incandescence.

Serge: Oh oui, oui, oui et qui vont les utiliser pendant quelques années.

Bonne idée, tiens tu viens de me donner une bonne idée.

Je vais y réfléchir.

Marianne: J’ai déjà noté toutes les…les Watts, les ampoules et les nombres de Watt que j’ai à la maison.

Serge: Ok bon, bien écoute, je te souhaite une bonne soirée et puis à bientôt pour une nouvelle discussion.

Marianne: Oui, bien sûr.

Serge: Ok.

Marianne: Bonne soirée, Serge

Serge: Allez, bonne soirée Marianne

Marianne: Au revoir.

Serge: Bye.

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s