Marianne & Serge – Economic Reforms, Part 1

Want to study this episode as a lesson on LingQ? Give it a try!

Marianne and Serge talk about reforms aimed at fixing the root causes of the financial crisis. (Marianne et Serge parlent de réformes sur fond de crise économique.)

Marianne : bonsoir !

Serge : salut Marianne !

Je t’entends loin.

Marianne : je suis là…

Serge : çà va, je t’entends mieux.

Alors, sinon ta semaine ?

Marianne : sinon ma semaine… cette semaine çà a été assez occupé, c’est très bien.

Je préfère être occupée que de ne rien faire.

Serge : oui c’est sûr.

Marianne : ben c’est formidable !

Mis à part le temps !

Serge : hou là oui !

C’est vrai que l’on n’a pas été encore gâté…

Marianne : on dirait être en novembre !

Serge : ah oui et en plus les prévisions sont complètement à côté, ce qui fait que ce matin je me réjouissais, j’ai dit : « tiens, je vais pouvoir aller rouler !

» et je me suis levé et j’ai dit : « il pleut mais c’est pas possible, ils avaient annoncé beau temps !

» Et en fait ben on est quand même parti rouler, le temps va se lever, les nuages vont partir, la météo avait peut être un peu de retard dans les prévisions !

Et bien non, penses-tu on s’est fait… on a eu la pluie pendant toute la matinée quasiment.

Et puis une bonne averse sur la fin, de quoi bien finir de nous mouiller.

Et puis dans l’après-midi çà s’est dégagé et ce soir y a un grand ciel bleu là … mais le soir.

Marianne : oui ben là le soleil il est un peu sorti, mais enfin c’est assez couvert, mais c’est surtout qu’il fait pas chaud !

Serge : ou, il fait pas vraiment chaud pour mi-juin…

Marianne : on est à la maison, j’ai un gilet, j’ai un gros truc sur moi !

Serge : oui, j’ai ma fille qui est en Espagne, elle nous a envoyé un petit SMS pour avoir quelques nouvelles…

Marianne : oui

Serge : alors ben… beau temps, température douce, enfin même chaude.

Elle est vers Barcelone, alors tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.

Nous on n’est pas trop, trop gâtés… encore nous, il fait pas très froid.

J’ai vu, un peu plus au nord que chez toi, vers valenciennes, les températures sont vraiment fraîches.

Marianne : ben là, dans l’après-midi, 17, 18 !

Serge : Ah 18, ben vous étiez guère… parce que nous on a quand même bien 22, 23…

Marianne : ah quand même !

Bon c’est 10, 11 le matin et l’après-midi dans les 18.

Cà fait plusieurs jours, et puis dans les appartements çà commence vraiment… çà a bien refroidi quand même !

Serge : oui et puis on n’a pas envie de rallumer le chauffage à cette époque… au mois de juin…

Marianne : non quand même c’est pas à ce point là mais.

Tu sais, j’ai un petit octodon, je sais pas si tu te rappelles le petit animal que j’ai… octodon, y a aussi l’autre nom, c’est écureuil du Pérou.

Serge : d’accord

Marianne : Et puis hier, pour la première fois, pourtant il a passé l’hiver mais hier…

Serge : il est reparti en hivernage

Marianne : oui !

Et c’est la première fois hier… tu sais il vit, il dort dans de la paille, et puis quand il a froid il aime bien se faire un bon petit nid.

Mais alors hier pour la première fois, il a fait un nid d’au moins… je sais pas moi… en tout cas plus de cinq centimètres de haut… complètement couvert !

Même de dessus, on ne le voyait plus !

Serge : oui, c’est qu’il avait…

Marianne : ah hier, il était vraiment gelé, il avait froid.

Il remettait le chauffage, Billy a froid !

Une fois c’est déjà arrivé qu’en plein mois d’août on a rallumé le chauffage !

Serge : chez toi, là-bas ?

Marianne : ah oui et çà fait peut-être deux ans !

Oui, en plein mois d’août les… çà doit être peut-être la deuxième semaine, première ou deuxième semaine du mois d’août, on a allumé le chauffage tellement il faisait froid !

Serge : Eh ben !

Marianne : oui, çà arrive !

Bon on verra cet été.

De toute façon, les prévisions…

Serge : et puis on peut rien y faire, on est obligé de prendre ce qu’on a donc…

Marianne : bon, c’est pas que çà me dérange vraiment, mais c’est que c’est trop changeant.

Pendant quelques jours il va faire beau et presque chaud, et tout de suite çà va changer, il va faire frais, il va falloir remettre les gilets et les manteaux… pour après revenir au beau !

C’est que c’est trop changeant.

Enfin, c’est comme çà !

Et toi, pas de grandes nouvelles ?

Serge : oh ben non, moi çà y est, je me suis replongé dans mon univers de la base, de mon travail actuel…

Marianne : le train-train quotidien ?

Serge : oui bon, au sujet de Norfolk çà y est, je me suis fait une raison et puis… plus çà va plus je pense que j’ai fait le bon choix même si çà me fait mal au cœur mais je pense réellement que j’ai fait le bon choix.

J’ai recalculé à nouveau, financièrement c’était vraiment… c’aurait été trop dur donc voilà, je me suis relancé dans mon travail normal, et puis comme j’ai… on était quatre dans notre atelier et puis y a le gars qui était juste au-dessus de moi, en fait j’étais son adjoint, il part à la retraire cet été… il a fini, il est arrivé au bout du rouleau, donc on ne se retrouve plus qu’à trois et puis… donc c’est moi qui prend les rênes et puis bon il y a toujours plein de trucs à faire à ce moment-là… c’est l’occasion de refaire l’inventaire de tout ce qu’on a, de voir tous les litiges sur les matériels qu’on a… il y a plein de choses comme çà et puis on est à trois donc il y a plus de travail.

Donc çà m’occupe bien et puis je me suis remis quand même au vélo, parce que j’avais quand même complètement laissé tomber pendant quasiment trois semaines puisque j’avais d’autres préoccupations.

C’est bien d’évacuer la pression avec le vélo.

Après on se sent bien, on est fatigué physiquement mais moralement on se sent reposé tu vois… après on travaille dans de meilleures conditions, enfin moi, çà me fait cet effet.

Voilà et puis comme les vacances approchent tout doucement…

Marianne : c’est dans combien de temps toi ?

Serge : ben moi je suis… je crois que çà tombe le 6… le trois, voilà le trois juillet au soir… je suis en vacances et j’ai pris quatre semaines.

Voilà et puis bon… on ne sait pas trop en fait ce qu’on veut faire, on aurait voulu partir un petit peu pour se changer les idées parce que c’est vrai que le climat ici est très bien l’été et c’est une station balnéaire donc c’est comme si on était en vacances, mais comme on y vit tout le temps on n’a pas cette sensation de vacances même quand on est en vacances… Donc on a besoin quand même de voir autre chose et puis en fait on ne sait pas du tout où on veut aller.

Bon ma fille, elle reste là parce qu’elle travaille, elle fait un job d’été, tu sais, elle va travailler chez Mac Donald, çà va lui permettre de se faire un peu d’argent pour ses…

Marianne : bien sûr…

Serge : pour ses études, et nous ben du coup on est à peu près libre et puis on… mais on ne sait vraiment pas ce qu’on va faire.

On regardait tout à l’heure avec ma femme, on regardait sur lastminute.com et… c’est vrai qu’il y a des prix très intéressants, mais il faut vraiment se décider au dernier moment.

Là, ils proposaient des trucs à 50 pour cent mais c’était… il fallait partir demain quoi !

Faut vraiment être prêts et puis on n’est pas en vacances donc de toute façon la question ne se posait pas et puis ben cette année on… tu vois on a pris juillet mais finalement on aurait pu déjà… on aurait pu prendre juin en fait.

Vu qu’on n’a plus d’enfant à charge on peut se permettre de prendre des vacances maintenant en juin ou en septembre, ce qui fait que au niveau des tarifs c’est beaucoup plus intéressant et puis on évite tous les flots de touristes, çà peut être sympa.

Donc l’année prochaine je pense qu’on va décaler.

Marianne : moi je vais pas avoir vraiment le choix, c’est entre juillet et août…

Serge : çà simplifie !

On a regardé aussi pour des séjours au ski, hors période c’est vrai que çà devient très, très intéressant et puis je pense qu’on va s’orienter plutôt dans des trucs comme çà.

Morceler plus les vacances, et puis prendre des semaines ou des quinzaines plutôt que de prendre tout un mois comme çà.

Mais on n’est toujours pas décidé pour cet été.

Cà va peut-être finir : ben on va rester là ou je sais pas, peut être qu’on visitera la famille mais bon…

Marianne : ben moi c’est réglé, je ne fais rien.

Serge : oui ben voilà, mais au moins, tu sais ce que tu fais… Rien !

Tandis que moi je ne sais pas ce que je vais faire.

Marianne : enfin c’est-à-dire que je ne vais pas vraiment bouger de la région.

Puis cet été je vais un peu plus me concentrer, j’aurai un peu plus de temps puisque je ne travaillerai pas donc j’aurai… je me concentrerai un peu plus sur mes études là pour… essayer de m’avancer au plus.

Bon en ce moment, au lycée c’est quand même assez… c’est plus calme parce que c’est la période des examens ; donc les examens des BTS çà fini cette semaine, la semaine prochaine, en fin de semaine prochaine le bac va commencer ; y a moins d’élèves, y a moins de cours, çà va s’étaler jusqu’à début juillet.

Et puis, ben moi je serai en vacances la troisième semaine de juillet.

Serge : et pour combien de temps ?

Marianne : et bien là çà va être… mes vacances vont être coupées, je vais travailler… enfin je vais être en vacances les deux dernières semaines de juillet et les deux premières semaines d’août, ensuite je vais travailler la troisième semaine pour avoir… je sais plus si c’est quatre, cinq jours, de congés pour reprendre encore fin août.

Serge : pour reprendre le travail après ?

Marianne : mmh !

Serge : ah ouais, donc tu as cinq semaines de vacances alors ?

Marianne : en tout, oui, presque !

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s