Kosovo and Beyond

Want to study this episode as a lesson on LingQ? Give it a try!

Marianne et Steve discutent de la situation au Kosovo et ailleurs. Marianne and Steve talk about world affairs and the situation in Kosovo.

S: Bonjour, Marianne.

M: Bonjour, Steve.

S: Comment ça va, aujourd’hui?

M: Ça va bien.

S: Bon.

Moi, ça va bien, merci.

Aujourd’hui, j’aimerais discuter un peu de la politique internationale.

Et, en Europe, ce qui est bien loin de nous, ici au Canada, en Europe, il y a un problème qui date déjà depuis assez longtemps.

C’est le problème du Kosovo.

Et, qu’est-ce que tu penses?

Est-ce que… Qu’est-ce que tu penses de la situation aujourd’hui au Kosovo?

M: C’est une situation très compliquée.

S: Évidemment.

M: Le Kosovo… ce sont les Albanais, qui sont majorité au Kosovo, demandent leur indépendance, et à mon avis, je peux me tromper, mais accorder l’indépendance au Kosovo pourrait être les germes d’une guerre future.

S: Oui.

M: Parce que les… oui?

S: Pourquoi?

J’allais justement demander pourquoi.

M: Les Serbes et les Albanais, je ne pense pas qu’ils pourront s’accorder, peut-être pendant un certain temps, je ne sais pas comment ça pourrait se passer, mais d’ici quelques années, oui, il pourrait y avoir une autre guerre.

J’ai… D’après ce que j’ai lu, la Yougoslavie aurait été crée après la première guerre mondiale, c’est un pays créé.

S: Oui.

M: Et plusieurs peuples ont été mélangés, les frontières ont été découpées sans tenir compte des différents peuples et des années après cette…ce redécoupage, il y a eu la guerre que tous le monde connaît, qu’il y a eu en Yougoslavie, et la Yougoslavie a éclaté.

S: Oui.

M: Et maintenant, le Kosovo veut se séparer de la Serbie et demander son indépendance.

S: Oui.

Enfin, c’est une question très difficile, parce que…

M: Oui.

S: …d’une part, si les Albanais, les gens d’origine Albanaise, sont majoritaires…

M: Oui.

S: …au Kosovo, et qui, s’ils s’expliquent clairement pour l’indépendance, selon le principe de l’autodétermination, il y a pas mal de pays qui seraient, qui sont favorables à cette position.

Par contre, je sais que le Kosovo est considéré par les Serbes comme parti intégrale…

M: Le cœur de la Serbie.

S: Voila.

Le cœur de leurs mythes nationales…

M: Oui.

Et c’est ça qui bloque, c’est ça qui bloque, donner le Kosovo… C’est assez délicat comme problème.

Je ne suis pas Albanaise, je ne suis pas Kosovar, je ne suis pas Serbe, donc c’est délicat de parler, mais la situation est compliquée depuis des années et je pense que dans les années futures… c’est assez délicat.

S: Oui, mais c’est pas l’unique exemple de peuple ou d’ethnie qui se trouvent dans un pays où peut-être la majorité de ces gens-là est…

M: À l’origine, à l’origine, c’était Serbe.

S: Oui.

M: Maintenant, c’est devenu en majorité Albanais, donc ils veulent leur indépendance.

Ça peut se comprendre d’un certain côté, mais si on regarde… si on regarde du point de vue Albanais ou Kosovar, bon, ça se comprend, qu’ils veulent leur indépendance…

S: Oui.

M: … mais, de l’autre côté, si on voit par rapport au Serbes, c’est… c’était Serbe d’origine.

S: Oui, enfin, d’origine.

C’est-à-dire, le… la bataille qu’il y a eu, ça date du quinzième siècle.

Je ne sais pas.

Il y a eu pas mal de mouvements de peuples depuis le quinzième siècle, quand même.

Il y a l’Amérique du Nord, qui a été peuplé par des Européens, il y a les Turques qui sont venus s’installer en Anatolie.

Enfin, il y a eu un tas de mouvements de peuples!

Alors, le fait… et même-si on va cinq, six cents ans en arrière, les Arabes étaient biens installés en Espagne… Enfin, on ne peut pas dire, parce que, bon, puisqu’il y a cinq, six cents ans, c’était comme ceci, donc aujourd’hui ça devrait continuer à lettre, c’est difficile.

M: Oui, très difficile.

S: C’est difficile.

Ça me rappelle, par exemple, il y a une autre… si on continue la discussion-là, des… enfin, sur la scène internationale, j’ai vu que, ce matin, dans le journal, que… en Belgique, il y a eu une «Miss Belgique», donc, je ne sais pas Mademoiselle Belgique… enfin, couronner la femme, je sais pas comment ça se dit en français… Miss Belgique, non?

Miss Belgium?

M: Tu peux répéter?

Je n’ai pas entendu.

S: Il y a eu un Miss Belgium.

Vous savez?

On a des concours là.

Miss France, Miss Universe, etcetera.

Miss Belgium.

M: Oui.

S: Miss Belgique.

Alors, là, cette femme, ne parle pas le flamand, le néerlandais!

C’est quelqu’un qui viens donc, qui est francophone, et dont un des parents est même Tchèque, donc elle parle le Tchèque, elle parle le français, l’anglais, mais elle ne parle pas le néerlandais.

Et ça a causé un scandale.

Une scandale?

M: Un scandale.

S: Un scandale.

Qu’est-ce que tu en penses?

Est-ce que quelqu’un qui est élu Miss Belgium, enfin, Miss Belgique, je sais pas comment on dit ça en français…

M: Oui, Miss Belgique.

S: …Miss Belgique.

Est-ce que elle doit, en principe, pouvoir parler les deux langues?

M: En principe, oui.

Elle parle l’une des langues nationales.

S: Oui.

M: Mais, il serait recommandé de parler les deux langues.

Enfin, apparemment, si elle a concouru à cette… à ce concours, cela n’a pas été, ça ne lui a pas été demandé.

S: Oui, mais il me semble, parce que…

M: Mais,

S: Oui.

M: Il serait logique qu’elle… vu qu’elle représente la Belgique, qui est un pays où il y a des flamands et des wallons, il sera recommandé qu’elle parle les deux langues.

S: Oui, même plus que recommandé, de mon avis, parce que…

M: Oui!

S: Elle représente le pays.

Il me semble, même si quand on voit c’est Miss Belgique, Miss…n’importe quoi, bon, on trouve toujours qu’il faut que ça soit une très belle fille, mais il paraît qu’on leur pose des questions, il faut que ça soit aussi…

M: … l’intellectuel compte aussi, oui.

S: Oui, il faut qu’ils aient quelque chose dans la tête et à ce moment-là, ne pas pouvoir parler une des langues nationales, de mon avis, enfin j’imagine mal…

M: Elle représente la moitié du pays, on peut dire.

S: Et d’ailleurs la majorité du pays… C’est pas comme si les flamand étaient une petite minorité là.

M: Les flamands sont majoritaires.

S: Ils sont majoritaires.

M: Oui.

S: Oui.

Mais je ne peux pas dire pour certain que, au Canada, toutes les Miss Canada ont étés… parlaient le français couramment.

Mais, je crois que… ils doivent… elles doivent!

M: Logiquement, oui.

S: Oui.

Logiquement, oui.

M: C’est un pays où il y a deux langues.

Oui.

Normalement.

S: Oui, mais comment ça va se passer en Belgique, là?

Est-ce que le pays va éclater là?

En Belgique.

Est-ce que tu crois que le pays, ils vont se diviser en deux parties?

M: Alors là, bonne question.

S: Tu connais un peu la situation là en Belgique, non?

Tu la suis…

M: Un peu.

S: Oui.

M: Aussi, c’est aussi délicat à parler, parce que… il y a des… certains partis qui agitent un peu, en faisant peur, ils veulent faire peur aux Belges qu’il va y avoir de l’indépendance, enfin, la séparation.

Il y a vraiment des Belges qui veulent cette séparation, mais apparemment, ce n’est pas la majorité.

Là cette semaine, je n’ai pas suivi, mais je ne crois pas qu’ils ont trouvé encore un gouvernement stable depuis quelque mois à la suite des élections qu’il y a eu en Belgique, il n’y a toujours pas eu de gouvernement et de premier ministre fixe.

S: Ça évolue, ça continue à évoluer.

M: Ça évolue.

S: On a un peu les même problèmes au Canada, enfin, ce n’est pas les mêmes, mais c’est… il y a des problèmes semblables.

M: C’est une chaîne sans fin.

Les français sont minoritaires.

S: Oui.

M: Mais ils veulent avoir plus de droits.

S: Oui.

M: Ce qu’on conteste des flamands.

Les fran… des … je dis pas tous, donc, et encore je dis «les français», je devrais dire «les wallons», parce que, ils sont en Belgique.

Les… certains wallons ne veulent pas faire l’effort d’apprendre le néerlandais.

Et, en voyant ça, certains flamands, et j’ai vu un reportage il n’y a pas longtemps, que dans une ville flamande, le maire interdisait à tous ses habitants de parler le français.

C’est une chaîne sans fin, enfin, donc…

S: Interdiction!

Quoi?

Avec des amendes ou…?

M: Oui!

S: Ils allaient les mettre en prison ?

Enfin, comment on interdit aux gens…?

M: Non, peut-être pas jusque là, mais apparemment c’était respecté et les panneaux… une personne qui parlait français, elle arrive, elle parle français, mais ce qu’il y a pour demander un papier, aller dans l’administration ou dans un commerce, si la personne ne parle pas le néerlandais, enfin le flamand il y a un petit problème, parce que les employés ne vont pas parler français.

Les panneaux d’indication, là… en principe, c’est marqué en flamand et en wallon,, en français.

Là, tout ce qui est écrit en français, c’est rayé.

Donc, c’est une chaîne sans fin… Je sais pas où ça va mener, mais…

S: Mais, voila, là je crois qu’aujourd’hui, on a pas mal discuté des problèmes internationaux.

On va continuer ça la prochaine fois.

M: D’accord.

S: C’était très intéressant.

Merci beaucoup, Marianne, et à la prochaine.

M: À la prochaine.

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s