Serge & Marianne – A LingQ Certificate, Part 1

Study the transcript of this episode as a lesson on LingQ, saving the words and phrases you don’t know to your database. Here it is!

Serge and Marianne discuss the subject of LingQ evaluation and certification. (Serge et Marianne abordent le sujet d’un certificat et d’une évaluation à LingQ.)

Marianne: Bonjour Serge

Serge: Bonjour Marianne

Marianne: Comment vas-tu?

Serge: Eh bien, je vais bien ma foi.

Je vais bien, et toi?

Marianne: Oui, ça va.

Serge: Oui, ça va?

Marianne: Alors, aujourd’hui de quoi allons-nous parler?

Serge: Eh bien, je comptais sur toi pour trouver un sujet et tu n’en as pas.

Bon, bien moi non plus.

Marianne: Non.

J’ai lu dans le forum dernièrement à LingQ que…il serait proposé un système de certificat.

Une personne qui serait intéressée par avoir un certificat de ce qu’elle fait à LingQ.

Serge: Oui.

Marianne: Donc, elle a posé la question à Steve et donc, il y a eu un échange de points de vue.

Et apparemment, ça se ferait dans quelques temps.

Maintenant, reste à savoir comment ça va être établi et…

Serge: C’était…c’est quelque chose qui a été demandé par des gens?

Marianne: Oui.

Un des membres qui a demandé s’il était possible de faire un système de certificat.

C’est pour son travail donc son employeur…

Serge: Oui mais enfin, pour un travail, il faut un certificat qui soit reconnu dans…qui soit reconnu par une organisation…

Marianne: Bien, ça fait une certaine preuve du niveau qu’elle a acquis en étudiant à LingQ.

Serge: Oui mais comment ils comptent délivrer ce…comment…tu vois, moi, j’ai passé il n’y a pas très très…enfin il n’y a pas très longtemps, il y a un an et demi maintenant, ce qu’on appelle le TOEIC, Test Of English for Communication, je crois que c’est ça.

Et…mais c’est un truc qui a été mis au point, c’est un truc standard qui est utilisé par des entreprises pour recruter du personnel.

C’est dans le monde entier, c’est…et puis, c’est très bien défini, c’est à dire qu’il y a un…le TOEIC, il y a quatre épreuves, je crois enfin…Il y a de la compréhension écrite, expression écrite, je crois, il me semble compréhension orale enfin bon.

Il y a…c’est vraiment bien défini et puis c’est un diplôme après qui est reconnu, qui peut donner des équivalences dans d’autres systèmes.

Alors là, oui pourquoi pas mais comment il pourrait être reconnu ce certificat?

Marianne: Je ne sais pas.

Serge: C’est…Il faudrait voir comment ils comptent déjà évaluer la personne pour pouvoir lui donner un certificat parce que…

Marianne: Bien, il y aurait une sorte de test.

Déjà, il y a une certaine période pour étudier à LingQ.

Ce serait basé sur les discussions, les écrits, les activités que l’on a.

Serge: Oui, mais effectivement je viens d’ouvrir un forum où, justement, Steve donne un petit peu ce qu’il voit comme un…comme certificat.

Je vois, par rapport au nombre de mots et de phrases étudiées, les heures d’écoute, le nombre de mots lus mais, à la limite, quand tu remplis, tu sais, ton…sur ton profile, les heures que tu as écoutées, à la limite, tu peux mettre n’importe quoi.

Qui peut vérifier?

Et à ce moment-là, si on se base sur ça pour donner un certificat, pour moi il n’a pas de valeur.

Il faut vraiment tester la personne.

Marianne: Alors, avec le système de certificat, je ne sais pas trop mais je trouve que ce serait pas mal, c’est d’avoir une évaluation mais déjà toi… pour toi personnellement, pas forcément reconnu par quelqu’un d’autre mais pour toi personnellement.

Par exemple moi, ça fait trois ans que je suis à LingQ, bon j’ai mon niveau d’activité, on me dit je connais tant de mots et j’ai un niveau intermédiaire et tout ça mais est-ce que vraiment je connais tous ces mots?

Est-ce que vraiment j’ai le niveau intermédiaire?

Quelles sont mes faiblesses que ce soit en écrits ou en discussions?

Donc, permettre d’évaluer le réel niveau que l’on a, par exemple moi, ça fait trois ans que j’y suis, où j’en suis réellement?

Où je dois plus m’accentuer et…?

Serge: Oui.

Bien écoute à mon avis, ce n’est pas ce tableau qui peut te le dire.

Regarde moi, je viens d’ouvrir, je fais… moi aussi ça fait aussi en gros trois ans que j’ai dû m’inscrire, peut-être deux mois après toi ou quelque chose comme ça.

Tu l’as fait à l’été?

Marianne: En juillet.

Serge: Oui moi, j’ai dû m’inscrire en août ou j’étais, tu sais, en période d’essai les quatorze jours, les quatorze premiers jours de septembre, je crois.

Oui, donc tu vois deux mois après toi.

Et si je regarde toutes les catégories, je suis…j’ai tout complété, si tu veux, les heures de…hours of speaking, je suis dix fois au-dessus.

La seule chose où il m’en manquerait, c’est les mots connus.

Le problème, c’est, comme tu dis, est ce que c’est 16452 ?

J’en suis à ça.

Est-ce que je les connais réellement?

Je suis sûr que sur le total, j’en ai oublié pas les trois quarts mais la moitié parce que tant que…si on ne les utilise pas, on ne peut pas s’en souvenir, il faut qu’ils soient…alors disons que ça, ça peut donner un ordre d’idée pour soi personnellement, mais je ne pense pas que ce soit un truc suffisamment précis pour évaluer les compétences de quelqu’un donc, à mon avis moi, …

Marianne: Le niveau d’activité, non parce que déjà tous le monde ne marque pas les heures qu’ils passent dessus.

Serge: Déjà, oui.

Marianne: L’écrit, moi, je n’écris pas tous le temps.

Les discussions, je n’en ai pas tous le temps non plus.

Ce serait bien d’avoir une évaluation enfin, une discussion avec un tuteur de je ne sais pas combien de temps.

Serge: Ah oui.

Bien déjà, tu vois, tu es plus précise.

Tu parles d’une discussion avec un tuteur donc déjà là, tu vois, il y a…c’est déjà mieux.

Marianne: Parce que basé sur le niveau d’activité, non je ne pense pas.

Serge: Non, moi je ne trouve pas…

Marianne: C’est avec un tuteur.

C’est une discussion avec un tuteur et puis, il va évaluer par rapport à notre discussion et aussi les écrits que l’on fait.

Serge: Ok.

Alors écoute moi, je suis un employeur hein.

Je cherche quelqu’un qui a un bon ou très bon niveau d’anglais pour travailler pour moi parce que ma boite a des relations avec l’étranger et tout…ok, bon la personne va arriver et elle va me dire “Oui, mais regardez, moi, j’ai un certificat de Mr. Steve Kaufmann qui est fondateur du…de LingQ” et je vais dire “Mais oui, bien c’est qui ce Mr Kaufmann?

Moi, je ne connais pas.

Est-ce qu’il est agrée au niveau de l’équivalence de l’Education Nationale de tel pays?”

enfin, tu vois ce que je veux dire?

C’est…moi, je suis patron, je vais demander à la personne “oui, mais moi je préférerais que vous m’annonciez votre niveau de TOEIC ou votre niveau de TOEFL, enfin…etc.”

parce que ça, ce sont des trucs qui sont connus.

Bon, je suis sûr que l’estimation que pourrait faire Steve au niveau connaissance, il en est capable.

Bon, c’est un natif, il connait la langue parfaitement.

Il en serait certainement capable.

Le problème, c’est juste, à mon avis, la crédibilité qu’il pourrait avoir par rapport à quelqu’un qui demanderait un certificat.

Moi, je suis un employeur, entre… la personne me montre un certificat, un TOEIC ou un TOEFL, et puis un certificat de LingQ et bien, je ne vais pas hésiter, je vais prendre le TOEIC ou le TOEFL.

Ce n’est pas forcément un bon choix mais en attendant, c’est la seule référence que j’aurais.

Donc, le certificat oui, mais il faut vraiment un truc…

Marianne: Mais les…la personne qui a demandé, ce ne serait pas pour être employée.

C’est que son employeur serait, d’après ce que j’ai compris, son employeur accepterait de payer pour…

Serge: Ah, pour lui donner une formation.

Marianne: Pour lui donner une formation parce que l’anglais est quand même requis au travail.

Donc, parce que d’après ce que je vois, pour être approuvé dans une école officielle, elle devrait recevoir une attestation de succès après ce cours.

Serge: Bien écoute, si tu veux étudier…quand tu es étudiant étranger pour entrer dans une université, tu vas me le confirmer, aux Etats-Unis, il faut que tu es un…il faut que tu passes le TOEFL donc, tu vois, il faut vraiment…ils se basent sur quelque chose de bien précis.

Maintenant, si l’employeur de cette personne lui…si c’est pour une histoire pour lui payer des cours pour l’améliorer, la meilleure chose qu’il a à faire, l’employeur, c’est de venir voir LingQ et puis voir comment ça se passe et puis là, il verra que ou il adhère au système et puis il dit “oui, finalement, c’est une très bonne méthode.”

ou alors, à ce moment-là, il n’adhère pas et puis il va dire “non, moi je vais vous payer des cours à l’école internationale de machin, un certificat anglais” enfin, tu vois…

Marianne: Oh mais je crois que j’avais…j’ai lu ça aussi comme quoi les employeurs pouvaient très bien venir voir comment ça se passait à LingQ.

Serge: Bien, oui.

Il faudrait.

Moi, j’ai essayé, tu sais de…quand j’ai fait mon dernier stage d’anglais sur la base où je travaille, à Mérignac.

J’en ai…j’ai essayé d’en parler.

J’en ai fait d’ailleurs plusieurs stages sur la base.

A chaque fois, je leur parlais de ça et bien, les gens…oui, ils avaient l’air intéressé comme ça mais après de là à faire vraiment la démarche, et pourtant je leur ai donné l’adresse et tout ça…faire la démarche et après, il y a une chose qui, je crois, gênait les gens beaucoup c’était quand, en fait, on doit donner son numéro de carte bleue.

Ca, ça gêne beaucoup les gens, même si c’est… tu sais, les quinze premiers jours sont gratuits enfin, je ne sais plus ça se fait comme ça maintenant mais en tout cas, c’était comme ça quand je me suis inscrit et, mais par contre il faut quand même donner son numéro de carte bleue mais ils ne débitaient rien les quinze premiers jours donc il n’y a pas de danger mais les gens sont un peu réticents à ça, en tout cas en France, je ne sais pas dans les autre pays.

Et je ne pense pas qu’il y en ai beaucoup de…à qui j’en ai parlé, qui ont vraiment été voir et puis qui ont essayé… au moins, essayé le truc.

Peut-être à cause de cette histoire de donner son numéro de carte bleue, ça… on nous parle tellement sur internet de, tu sais le phishing, et puis ce genre de truc et puis on…il y a des gens qui sont réticents.

Moi, j’achète beaucoup par…sur internet avec ma carte bleue, hein.

Marianne: Oui.

Serge: Et tu as des gens qui ne peuvent pas le faire, ça.

Et ils sont un peu réticents à aller voir le site.

C’est dommage parce qu’ils passent à côté de quelque chose.

Ca vaut le coup d’aller voir parce que moi, je suis convaincu que c’est quand même une bonne méthode.

Si j’ai progressé, c’est quand même grâce à ça, hein.

Marianne: Il y aurait deux systèmes.

Alors d’après ce que… le certificat, c’est à la fin de cours.

Donc un cours de quatre semaines donnée par un tuteur qui pourrait…

Serge: Tu es dans le forum LingQ certificate, c’est ça?

Marianne: Oui.

Serge: Et alors, c’est vers la fin le…une des dernières interventions, c’est ça?

De Steve, non?

Marianne: L’avant-dernière.

Serge: L’avant-dernière, d’accord.

Oui.

Marianne: Donc, c’est un certificat à la fin de cours donc un cours de quatre semaines donné par un tuteur.

Et l’évaluation, sans le cours.

Serge: D’accord.

Marianne: Aussi, il faut un minimum d’écrits et puis des discussions pour que le tuteur puisse évaluer, c’est sûr.

Serge: Est-ce que les cours connaissent un grand succès, déjà?

Il faudrait se poser la question parce que si les gens ne veulent pas trop faire…prendre des cours, est-ce qu’ils voudront le faire pour obtenir un certificat?

Je ne sais pas.

Moi, je sais que moi, personnellement, j’ai fait déjà un cours de quatre semaines avec Jonathan, mon tuteur.

Je n’ai pas repris.

Bon là, c’était surtout faute de temps parce que j’avais trouvé ça quand même intéressant.

Quoique je n’avais pas besoin de m’inscrire à un cours pour trouver intéressant et avoir envie de parler avec lui.

La seule différence, c’est que ça t’oblige à le faire quand même…à être un peu plus régulier.

Donc, ça peut être bien dans ce sens sinon on a un petit peu tendance des fois à dire “oh, je n’ai pas envi.

Tiens, je vais plutôt faire ça. “

Marianne: Oui.

En ce moment, c’est ce que je fais.

Je m’inscris à des cours pour…

Serge: Oui, voilà.

Marianne: D’ailleurs, je me suis inscrite là et j’ai commencé aujourd’hui à un cours avec Jonathan.

Serge: Ah oui?

Tu as pris sur quoi?

Sur le voyage en Nouvelle-Zélande, c’est ça?

Marianne: Bien, il n’a que celui là.

Serge: Oui mais le 1, le 2?

Marianne: Le 1, non.

Je commence par le 1.

Serge: Ah oui, parce que j’ai fait le 1 et je ne le voyais plus le 1 et voilà, je voulais attaquer le 2…

Marianne: Oui, c’est intéressant et puis c’est vrai que… Je ne pensais pas que j’allais prendre un cours parce que j’organise bien ce que je veux faire donc, en général, je n’ai pas besoin qu’on me pousse.

Mais, en ce moment, je trouve que c’est très bien d’avoir ce système encadré que…il faut écrire une fois par semaine, avoir une discussion une fois par semaine et puis ça permet…

Serge: Oui.

Marianne: de booster un peu quand on a moins de temps ou…

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s