Marianne & Serge – Dolphin Slaughter, Part 2

Study the transcript of this episode as a lesson on LingQ, saving the words and phrases you don’t know to your database. Here it is!

Marianne and Serge talk about the dolphin slaughter in Japan.(Marianne et Serge parlent du massacre des dauphins au Japon.)

Marianne : mais dans la baie du Japon, ben là ils ont pas montré.

Je pense que c’est disponible mais là le reportage que j’ai vu à la télé, et d’ailleurs c’était Luc Besson qui parlait ; ils ont montré, ils rabattent les dauphins avec un barrage sonore.

Quand tu penses que les dauphins sont très proches des… dans les mammifères marins, je pense que c’est un des animaux… oui je pense que c’est celui qui se rapproche le plus de l’homme.

Et puis il suit toujours l’homme !

Quand on se rapproche d’eux… ils sont…

Serge : ils ne sont pas spécialement sauvages.

Marianne : non, ils sont proches de nous quand même.

Serge : oui, c’est un animal qui est assez proche de l’homme et puis en plus avec…

Marianne : très affectueux !

Serge : Flipper !

Marianne : oui, Flipper le dauphin !

Serge : çà a joué en faveur des dauphins puisque…

Marianne : en faveur et en défaveur parce que apparemment là, ils se servent de çà pour… enfin, ils se servent de çà, c’est-à-dire que au tout départ oui, çà fait une publicité pour le dauphin alors maintenant il faut des dauphins dans les dolphinariums donc… C’est pas une manière de faire !

Non parce que les dauphins peuvent se trouver autrement en masse.

Apparemment à la suite de ce film là qui a été diffusé quand même pas mal, çà se sait un peu plus, ce qui se passe et… apparemment il y aurait une petite interruption, mais pour recommencer de plus belle alors… çà sert à rien.

Et dans le reportage que j’ai vu là avec Luc besson, je sais plus dans quel meeting c’était, mais donc il y avait des responsables Japonais qui étaient là pour dire que… ben que le massacre était arrêté, que les animaux étaient beaucoup mieux traités, enfin, etc… de la publicité !

Et il y avait d’autres responsables de différents pays, y avait des journalistes, enfin c’était assez divers, et il y a une personne qui est venue dans ce meeting ; il s’était mis un écran, sur le corps là, et il marchait dans la salle pour montrer et vraiment là c’était le reportage montrant le massacre en lui-même, pour montrer aux gens des autres pays, ce qui se passait encore maintenant.

Et il a été éjecté de la salle !

Donc les japonais font çà mais d’autres sont complices également.

On veut pas voir, on veut rien faire, c’est vraiment… Donc je sais pas, donc des responsables Japonais ont acheté le film, et c’est à voir maintenant si c’était pour le cacher ou pour le diffuser.

Je sais pas si il y a des Japonais qui nous écoutent, si çà a été diffusé au Japon, si il y a beaucoup de Japonais qui sont au courant de çà, parce qu’apparemment ils disent que beaucoup de Japonais ne le sont pas.

Enfin çà c’est un cas parmi d’autres.

Y a énormément de choses qui se passent comme çà que çà… Voilà c’est un sujet que je voulais parler, moi çà me révolte.

Voilà.

Serge : c’est vrai que c’est assez révoltant.

Finalement on finit sur un sujet…

Marianne : oui mais…

Serge : un peu tristounet !

Marianne : oui mais comme tu as dit la semaine dernière, les actualités ne sont pas belles !

Serge : non, pas vraiment non.

Marianne : as-tu un meilleur sujet à part le temps qui est mieux que… on a un beau mois de septembre !

Serge : oui, il y a que çà qui marche en ce moment, le temps.

Marianne : bon, je dirais… dans deux mois et demi, presque trois mois, y a Noël !

Serge : heu ouais !

Marianne : mais ce sont des sujets qui… faut parler, ce sont des sujets d’actualité.

Il faut en parler parce que sinon s’il n’y avait pas d’actualité, on serait au courant de rien, on vivrait dans sa petite bulle… maison, travail, maison, travail, çà s’arrête là.

On peut pas savoir ce qui se passe dans son propre pays et dans le monde.

Serge : enfin, faut pas trop d’information !

Marianne : pourquoi ?

Serge : on disait, trop d’information tue l’information.

Oui, j’ai vu un truc à la télé, hier ou avant-hier, ils parlaient des fausses infos qui circulent sur internet.

Et en fait y a énormément, énormément, énormément de fausses informations comme çà qui circulent et çà devient de la désinformation.

Marianne : oui !

Serge : c’est bien qu’on ait accès à l’information mais encore faut-il que l’information soit juste et…

Marianne : vérifiée !

Serge : vérifiée et puis voilà, et en fait tu peux faire croire n’importe quoi et puis…

Marianne : bien sûr !

Il y a… ben je crois qu’on en avait parlé, il y a un bout de temps, dans un des podcasts, concernant l’information, c’est vrai que l’information c’est très bien mais il faut la vérifier, il faut la couper avec d’autres informations et c’est vrai qu’on peut faire dire n’importe quoi.

Serge : oui et puis on peut tellement, c’est tellement facile de truquer des photos maintenant avec les moyens informatiques que il faut être hyper prudent avec ce genre de choses.

Marianne : oh ben déjà les photos se truquaient y a très longtemps puisque même au temps de Staline, au tout début, les photos, quand lui…

Serge : oui mais c’était plus grossier.

Marianne : c’était plus grossier mais çà commençait petit à petit !

Serge : oui, bien sûr, bien sûr.

Marianne : bon maintenant c’est vrai que c’est plus efficace, çà se voit moins !

Serge : maintenant c’est impressionnant.

Ok, ben écoute… pour une dernière discussion…

Marianne : voilà…

Serge : avant, ben je ne sais pas quand on reprendra.

On va faire un petit break.

Et puis de toute façon, on se tient au courant, hein ?

Marianne : oui, bien sûr !

Donc j’espère qu’on reprendra avec une bonne nouvelle !

Serge : oui… ce sera peut-être dur mais il faut le souhaiter.

Marianne : oui !

Serge : on va croiser les doigts pour que çà arrive.

Marianne : et tout cas, j’espère que vous avez aimé nos podcasts ?

Serge : j’espère oui !

Marianne : et puis, à très bientôt !

Serge : ok, à très bientôt à tous et puis bonne soirée à toi Marianne !

Marianne : merci.

Serge : et à bientôt aussi !

Marianne : oui !

Bien sûr, à bientôt !

Ben avant… à très bientôt même !

Serge : voilà, à très bientôt !

Allez, bonne soirée bye, bye !

Marianne : bonne soirée, au revoir Serge !

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s